Naga El 0

A l'attention de Monsieur Bouchard, Directeur de l'AEFE

581 signers. Add your name now!
Naga El 0 Comments
581 signers. Almost there! Add your voice!
83%
Maxine K. signed just now
Adam B. signed just now

Monsieur Le Directeur de l'AEFE,


Cette pétition, initiée par des parents du Lycée Français International Georges Pompidou de Dubaï (LFIGP), mais ouverte à tous les parents du réseau AEFE, a pour objectif de manifester nos craintes quant à l’avenir des classes bilingues dans les établissements français à l’étranger.
Les classes bilingues à parité horaire existent, au LFIGP comme dans d’autres établissements, depuis un certain nombre d’années.

Nous concernant, le bilan est unanime : pour les élèves, les parents et les enseignants impliqués dans ce projet, le système bilingue est une réussite. Les élèves ont un très bon niveau, tant en français qu’en anglais, ils ont développé non seulement une aisance linguistique, mais aussi une réelle ouverture d’esprit. La parité horaire, du moins au niveau de la maternelle et du primaire, n’a en rien entravé leur niveau en français qui, de l’avis des enseignants, est tout à fait comparable à celui des élèves qui sont en filière classique. Nous sommes, aujourd’hui plus que jamais, projetés dans une mondialisation à laquelle nous souhaitons préparer au mieux nos enfants, et un apprentissage rigoureux des langues fait partie de cette préparation. Cette philosophie est d’ailleurs incarnée par le chef de l’Etat lui-même qui souhaite que les futures générations soient des acteurs de la compétitivité. Dans un discours à la Sorbonne en septembre dernier, le président Emmanuel Macron affirmait que "L'Europe veut être cet espace où chaque étudiant devra parler au moins deux langues européennes, d'ici 2024", preuve, s’il en fallait, de l’importance des langues.


Dans ce contexte, quelle n’a pas été notre surprise d’apprendre, durant ces dernières semaines, que le système de la bilingue à parité horaire est remis en cause et qu’il est amené à disparaître. Nous sommes dans l’incompréhension totale face à une telle décision qui, si elle est entérinée, représenterait un recul symbolique et réel. Cette décision institutionnelle, loin de la réalité des élèves des établissements français à l’étranger, sonne comme une injustice. Ce sentiment d’injustice et d’incompréhension est accru par le fait que l’Education Nationale elle-même soutient officiellement la politique de la bilingue ; nous nous référons ici à la circulaire n° 2017-072 du 12-4-2017 :
« L'enseignement de la langue régionale dispensé sous la forme bilingue français-langue régionale contribue au développement des capacités intellectuelles, linguistiques et culturelles des élèves. Tout en permettant la transmission des langues régionales, il conforte l'apprentissage du français et prépare les élèves à l'apprentissage d'autres langues. […]"L'enseignement de la langue régionale dispensé sous la forme bilingue français-langue régionale contribue au développement des capacités intellectuelles, linguistiques et culturelles des élèves. Tout en permettant la transmission des langues régionales, il conforte l'apprentissage du français et prépare les élèves à l'apprentissage d'autres langues.



Ses objectifs premiers sont de permettre aux élèves, par une pratique plus intensive de la langue régionale, d'atteindre un niveau de communication et d'expression orale et écrite plus performant, et de s'ouvrir aux divers aspects des réalités culturelles véhiculées par cette langue. Dans certaines régions, que leur situation géographique place dans une position particulière, l'enseignement bilingue est aussi le vecteur d'une politique d'ouverture vers la langue et la culture voisines en favorisant plus particulièrement une politique d'échanges entre établissements scolaires et le renforcement des solidarités entre les territoires concernés. »



http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=115565


MENE1711397C - Ministère de l'Éducation nationale



www.education.gouv.fr



Par cette lettre, nous souhaitons non seulement partager nos inquiétudes, mais surtout obtenir un engagement solide de l’AEFE quant au maintien du cursus bilingue dans les établissements du réseau.

Share for Success

Comment

581

Signatures