PearTree Canada 0

Urgent Action Required: Increased Capital Gains Tax threatens Flow-Through Regime

226 people have signed this petition. Add your name now!
PearTree Canada 0 Comments
226 people have signed. Add your voice!
23%
Maxine K. signed just now
Adam B. signed just now

[Pour la version française, naviguer vers le bas de cette page.]

A capital gains inclusion rate increase to the expected 66% or 75% will eliminate the FTS incentive and with it tens of thousands of northern jobs in the resource sector.

Our Request: Maintain the current 50% inclusion rate for investments made in flow-through shares or better yet adopt the very proven and effective Quebec tax model.

For over 50 years, the flow-through share regime has proven to be a fiscally fair and efficient way to drive rapid job creation in northern communities. Capital raised in this format can only have one purpose – deploying labour in exploration teams looking for mineral resources. A dollar of investment in flow-through shares by urban investors (and a dollar of tax deduction) is a dollar deployed in northern jobs (and a dollar of taxable income in the north). If the resource company fails to spend the funds – mostly labour - then the investors are denied the flow-through deductions. For example:

1. Elizabeth, a lawyer in Toronto subscribes for $10,000 in flow-through shares in a TSXV issuer conducting exploration in Nunavut. She deducts $10,000 from her taxable income saving about $5,000 in taxes

2. Priya is a geologist living in Sudbury but on site in Nunavut earns the $10,000 as part of her contract. She pays tax on the $10,000 and spends much of the after-tax earnings living in northern Canada.

a. At this juncture the tax authority has lost and collected about the same amount of tax revenue while resulting in an affluent urban Canadian investing in a high risk junior issuer funding northern exploration / jobs.

3. Investing in exploration is venture capital at its riskiest. Over time many of these junior companies lose value. Four years later the company hasn’t achieved much and Elizabeth sells her shares for $5,000, a pretty common experience. However, since the flow-through shares have a deemed zero tax value immediately on subscription as per the Income Tax Act of Canada the entire $5,000 is a capital gain. Under current rules half of the capital gain is brought into income and Elizabeth pays tax of about $1,300 in the year the shares are sold (or donated).

Holistically the government has recouped taxes twice over. In return for Elizabeth deducting $10,000, Priya paid tax on $10,000 and now Elizabeth is paying an additional $1,300 in tax resulting in a net loss for Elizabeth.

In spite of the tax economics and 50+ years of proven evidence of success in funding northern exploration jobs resulting in mine construction and long term mining community jobs, the flow-through regime is often described negatively as a tax gift to the rich that should be eliminated. During a time of unprecedented financial stress in which governments will be looking at ways to increase revenue, we strongly recommend that:

1. the flow-through share regime for mining be maintained and recognized as fundamental and essential to the creation & continuation of northern jobs finding and developing new and expanded resources.

2. In the event that the capital gains inclusion rate is generally increased then minimally, the current 50% inclusion rate be maintained for investments made in flow-through shares.

Learning from and adopting Quebec resource tax policy

Quebec is the most successful mining resource jurisdiction in the world,. A major part of its success is an enlightened tax policy that promotes broad popular retail resource investor engagement. A major part of its success in attracting high risk northern exploration and development capital results from provincial tax ‘enhancements’ to the federal flow-through tax regime.

We strongly recommend adopting two such Quebec proven job creation tax strategies:

1. If exploration is conducted in Quebec then Quebec does not levy capital gains tax on its portion of income tax up to the original purchase price of the flow-through shares. In the example above, if Elizabeth were a taxpayor in Quebec and the exploration was in Abitibi rather than Nunavut then her tax bill would be reduced from the $1,300 to about $650. Simply put Quebec does not charge capital gains tax on its portion of income tax until the original investment of $10,000 is exceeded

a. Recommendation – that for a test period of three years, the federal government adopt the Quebec tax policy eliminating capital gains tax on the federal portion of income tax thus benefiting all provinces including Quebec and incenting accelerated exploration.

2. Eliminate the federal Mineral Exploration Tax Credit (“METC”) Year 2 Claw-back. Much is said about the 15% METC. By way of explanation, in order to promote northern development and to offset some of the extraordinary risk and costs, the federal government offers a 15% tax credit on a limited list of earliest stage ‘greenfield’ activities. What isn’t said is that the federal tax credit is added to income in the year following the investment. The 15% credit is actually a 7% net credit in all provinces except in Quebec. Quebec properly recognizes the 15% should not be clawed back. Its policy acknowledges that investing in junior mining exploration is venture capital investment at its riskiest. But unlike any other sector, success in the north results in decades of mine life jobs, improved northern quality of life and sovereignty. The resource sector is the largest employer in indigenous communities. As such Quebec does not levy provincial income tax on the federal 15% tax credit so that in Quebec the net impact of the METC reduction preserves about 11% of the 15% credit.

a. Recommendation – that for a test period of three years, the federal government adopt the Quebec tax policy of not taxing the METC thus benefiting all provinces including Quebec and incenting accelerated exploration

3. Evidence based tax policy. Every flow-through financing requires detailed disclosure to CRA and MRQ and in fact many resource issuers are audited to ensure tax compliance. In the example above, we know how much tax revenue is lost in the case of Elizabeth in Toronto deducting $ 10,000. But it is more complicated for the private sector (although easy for the federal government) to determine how much tax is recouped. PearTree attempted to quantify the tax revenue and tax lost in a Deloitte study commissioned in 2013. See https://peartreecanada.com/wp-content/uploads/2018/02/flow-through-special-report-deloitte.pdf

Last Recommendation – for the two calendar years 2022 and 2023 undertake a study along the lines presented in the Deloitte study the results of which to be published by June 30, 2024 tracking tax cost and tax gained in the flow-through regime and then based on that study determine the tax policy that promotes northern development in a holistically balanced tax efficient and fair approach for all taxpayors.

Action nécessaire pour préserver le Nord Canadien et le secteur minier

Depuis plus de 50 ans, le régime d’actions accréditives s’est avéré être un moyen fiscalement équitable et efficace qui favorise la création rapide d’emplois dans les collectivités du Nord. Les capitaux recueillis dans ce format ne peuvent avoir qu’un seul objectif : déployer des équipes d’exploration à la recherche de ressources minérales. Un dollar d’investissement par des investisseurs urbains (et un dollar de déduction fiscale) est un dollar déployé dans les emplois dans le Nord (et un dollar de revenu imposable dans le Nord). Si la société d’exploitation des ressources ne dépense pas les fonds, principalement en main-d’œuvre, les investisseurs se voient refuser les déductions. Du point de vue fiscal, un programme d’actions accréditives est réputé avoir une valeur nulle aux fins de l’impôt. Même s’il est vendu à perte, l’autorité fiscale perçoit l’impôt sur les gains en capital sur la vente des actions. Par conséquent, le gouvernement recouvre les deux recettes fiscales dans ce régime. Par exemple :

1. Elizabeth, une avocate de Toronto, souscrit 10 000 $ en actions accréditives d’un émetteur de la TSXV effectuant des explorations au Nunavut. Elle déduit 10 000 $ de son revenu imposable, ce qui lui permet d’économiser environ 5 000 $ d’impôt autrement payable en raison de son emploi.

2. Priya est une géologue vivant à Sudbury, mais sur place au Nunavut qui gagne 10 000 $ dans le cadre de son contrat. Elle paie de l’impôt sur les 10 000 $ et dépense une grande partie des revenus après impôt pour vivre dans le nord du Canada.

a. À ce moment-là, l’autorité fiscale a perdu et recueilli environ la même quantité d’impôt provenant de l’investissement d’une Canadienne aisée vivant en milieu urbain dans les emplois nordiques et éloignés du Nord.

3. Investir dans l’exploration est le capital de risque à son plus risqué. Au fil du temps, la plupart des entreprises perdent de la valeur. Quatre ans plus tard, l’entreprise n’a pas réalisé énormément de choses et Elizabeth vend ses actions pour 5 000 $, une expérience assez courante. Cependant, puisque les actions ont une valeur fiscale de zéro, le total de 5 000 $ représente un gain en capital. En vertu des règles actuelles, la moitié est introduite dans le revenu et Elizabeth paie un montant d’environ 1 300 $ en impôts. Globalement, le gouvernement a recouvré ces impôts deux fois. En contrepartie de la déduction de 10 000 $ par Elizabeth, Priya a payé l’impôt sur 10 000 $ et Elizabeth paie maintenant 1 300 $ d’impôt supplémentaire, ce qui entraîne une perte nette pour Elizabeth, mais un gain net pour la création d’emplois dans le Nord.

Malgré l’économie fiscale et plus de 50 ans de preuves de réussite dans le financement des emplois d’exploration du Nord, le régime accréditif est souvent décrit négativement comme un don fiscal aux riches qui devrait être éliminé. Pendant une période de stress financier sans précédent et au cours de laquelle les gouvernements chercheront des moyens d’augmenter les revenus, nous recommandons fortement que :

1. Le régime d’actions accréditives pour l’exploitation minière soit maintenu et reconnu comme fondamental et essentiel à la création et à la poursuite de la création d’emplois dans le Nord et au développement de ressources nouvelles et élargies

2. Si le taux d’inclusion des gains en capital est généralement augmenté, alors minimalement, le taux d’inclusion actuel de 50 % doit être maintenu pour les investissements effectués dans des actions accréditives.

Action urgente requise : L’augmentation des impôts sur les gains en capital menace le régime accréditif

Une augmentation du taux d’inclusion des gains en capital aux 66 % ou 75 % prévus éliminera l’incitatif des actions accréditives, et avec celui-ci, des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur des ressources du Nord.

Notre demande : Maintenir le taux d’inclusion actuel de 50 % pour les investissements effectués dans des actions accréditives, ou mieux encore, adopter le modèle fiscal très éprouvé et efficace du Québec.

Le Québec est la juridiction de ressources minières la plus prospère au monde, sans exception. Une partie importante de son succès est une appréciation plus éclairée de la politique fiscale qui favorise l’engagement et l’investissement des investisseurs importants en ressources de détail. Une partie importante de son succès pour attirer le capital d’exploration et de développement du Nord à haut risque résulte d’« améliorations » provinciales au régime fiscal fédéral sur le régime des actions accréditives.

Nous recommandons fortement d’adopter deux stratégies fiscales du Québec, prouvées pour la création d’emplois :

1. Si l’exploration est effectuée au Québec, le Québec ne prélève pas d’impôt sur les gains en capital sur sa partie de l’impôt sur le revenu jusqu’au prix d’achat initial des actions accréditives. Dans l’exemple ci-dessus, si Elizabeth était une contribuable au Québec et que l’exploration était en Abitibi plutôt qu’au Nunavut, sa facture fiscale serait réduite de 1 300 $ à environ 650 $ reflétant le fait que le Québec ne perçoit pas d’impôt sur les gains en capital sur sa portion d’impôt sur le revenu jusqu’à ce que l’investissement initial de 10 000 $ soit dépassé

a. Recommandation – pour une période d’essai de trois ans, le gouvernement fédéral adopte la politique fiscale du Québec éliminant l’impôt sur les gains en capital sur la partie fédérale de l’impôt sur le revenu, ce qui profite à toutes les provinces, y compris le Québec, et qui encourage l’accélération de l’exploration.

2. Éliminer la récupération du crédit d’impôt fédéral pour l’exploration minière (« CIEM ») pour l’année 2. On a beaucoup discuté du CIEM de 15 %. En guise d’explication, afin de promouvoir le développement du Nord et de compenser certains des risques et coûts extraordinaires, le gouvernement fédéral offre un crédit d’impôt de 15 % sur une liste limitée d’activités de « projets d’aménagement » qui en sont à leurs débuts. Ce qui n’est pas dit, c’est que le crédit d’impôt fédéral est ajouté au revenu de l’année suivant l’investissement. Le crédit de 15 % est en fait un crédit net de 7 % dans toutes les provinces, sauf au Québec. Le Québec reconnaît que les 15 % ne doivent pas être récupérés. Sa politique reconnaît que l’investissement dans l’exploration minière en émergence constitue l’investissement en capital de risque à son plus risqué. Mais contrairement à tout autre secteur, le succès dans le Nord se traduit par des décennies d’emplois dans la vie minière, par l’amélioration de la qualité de vie et de la souveraineté du Nord et par le fait d’être le plus grand employeur dans les communautés autochtones. Par conséquent, le Québec ne perçoit pas l’impôt provincial sur le crédit d’impôt fédéral de 15 %, de sorte qu’au Québec, l’impact net de la réduction du CIEM préserve environ 11 % du crédit de 15 %. Ce faisant, l’activité économique imposable a éclipsé les revenus perdus et trop promus du CIEM.

a. Recommandation – pour une période d’essai de trois ans, le gouvernement fédéral adopte la politique fiscale du Québec éliminant les taxes sur le CIEM, ce qui profite à toutes les provinces, y compris le Québec, et qui encourage l’accélération de l’exploration

3. Dernière recommandation – Politique fiscale fondée sur des données probantes. Chaque financement accréditif exige une divulgation détaillée à l’ARC et à MRQ et, en fait, la comptabilité de nombreux émetteurs de ressources est vérifiée pour assurer la conformité fiscale. Dans l’exemple ci-dessus, nous savons combien de revenus fiscaux sont perdus dans le cas d’Elizabeth à Toronto, avec une déduction de 10 000 $. Mais il est plus compliqué pour le secteur privé (bien que facile pour le gouvernement fédéral) de déterminer le montant d’impôt recouvré. PearTree a tenté de quantifier les recettes fiscales et les taxes perdues dans une étude de Deloitte commandée en 2013. Voir https://peartreecanada.com/wp-content/uploads/2018/02/flow-through-special-report-deloitte.pdf

a. Recommandation – pour les deux années civiles 2022 et 2023, entreprendre une étude suivant les grandes lignes présentées dans l’étude de Deloitte et dont les résultats seront publiés avant le 30 juin 2024 sur le coût fiscal et les taxes gagnées dans le cadre du régime accréditif.

Share for Success

Comment

226

Signatures