Lettre ouverte pour la réévaluation des indémnisations des volontaires en entreprise aux Etats Unis

New York,  20 Mai 2010.

Lettre ouverte à l’attention de la secrétaire d’Etat chargée du commerce extérieur, Anne-Marie Idrac et au responsable du département V.I.E. à UBIFRANCE, Alain Gouriten.

Madame Idrac, Monsieur Gouriten,

Nous aimerions porter à votre attention le problème du calcul des indemnités qui se pose aux volontaires internationaux en entreprise aux Etats Unis depuis plusieurs mois. Nous éprouvons une forte incompréhension concernant les variations de nos indemnités et demandons une mise à jour des grilles dans des délais raisonnables accompagnée d’une indemnisation exceptionnelle.

De par le fait qu’UBIFRANCE est placé sous la tutelle du Ministère délégué au Commerce Extérieur, nous adressons également cette lettre à la secrétaire d’Etat chargée du commerce extérieur.

Pour justifier cette requête, voici  un constat : l’évolution de l’indemnité versée par UBIFRANCE aux volontaires, une fois convertie dans la monnaie locale, l’USD : -15% depuis le 1er Janvier 2010 et  -21% depuis mars 09 (Cf. annexes 1a, b et c).

Les chiffres apportés dans cette lettre concernent New York, mais la tendance est semblable pour les autres villes des Etats-Unis.

Nous voyons deux raisons responsables de cette chute :

  • La première est l’instabilité du cours de l’euro : ce facteur est imprévisible et supposé être corrigé par un mécanisme de compensation appliqué avec 6 mois de décalage.

  •  La seconde est la réévaluation exceptionnelle qu’UBIFRANCE a obtenue et appliquée en octobre 2009 à l’indemnité des VIE. Cette modification était justifiée « compte tenu des disparités de plus en plus importantes constatées dans le niveau de vie des VIE en fonction de leur pays d’affectation” – voir annexe 2. Cette réévaluation a été responsable à elle seule d’une baisse de 12% en euros des indemnités V.I.E.

Nous pensons que les mécanismes de régulation 1) du Ministère des Affaires Etrangères et Européennes (MAEE) et 2) d’UBIFRANCE ont failli dans leur objectif commun : la protection du niveau de vie du volontaire. Ces deux effets se sont en effet conjugués et ont fait chuter l’indemnisation des volontaires de façon insensée.

1) Nous pensons que le mécanisme de la MAEE destiné à compenser les variations des taux de change n’a qu’un impact limité sur la rémunération d’un volontaire au cours de sa mission en cas de variation importante du change car il est sujet à un décalage de 6 mois. Ce délai est beaucoup trop important comparé à la durée d’une mission V.I.E (entre 12 ou 18 mois). Notre opinion est que le mécanisme n’est adapté au volontariat international. A ce jour, l’euro est au plus bas depuis 4 ans et le mécanisme de la MAEE n’apportera pas de correction avant plusieurs mois.

2) UBIFRANCE a réévalué en Octobre 09 l’indemnisation des V.I.E. La décision a été prise de  procéder à une baisse de 12% des indemnités en euro. Cette décision paraissait justifiée, à tort, dans un premier temps, car compensée par un EURO fort durant cette période. Force est de constater qu’aujourd’hui la prétendue adéquation avec le coût de la vie ne convainc pas, ne serait ce que par son montant incohérent. La justification avancée par UBIFRANCE pour sa refonte du système d’indemnisation réside dans plusieurs années d’incohérences dans les grilles d’indemnités ; les VIE en cours de mission aujourd’hui ne sauraient accepter être les victimes d’une régularisation du système appliquée de façon brutale et simpliste.

Nous sommes également surpris par l’absence de réévaluation pour un motif indéterminé des indemnités des volontaires en administration (V.I.A.) en octobre 2009. Ces derniers ont été étrangement épargnés alors qu’ils partageaient les mêmes grilles que les V.I.E. (Cf. Annexe 3).  Nous estimons que le manque à gagner par VIE (pour l’exemple de New-York) s’élève maintenant à plus de 2 400 Euros depuis cette réévaluation ; cette estimation suppose que l’indemnité VIA suivait, elle, un cours cohérent sur la période.

Nous pensons qu’UBIFRANCE a pris la décision d’une baisse disproportionnée des indemnités des volontaires en Entreprise aux E.U. pendant l’été 2009. L’organisme a très certainement parié sur une stabilisation de l’euro à un niveau fort en 2010. Ceci en négligeant l’impact à venir des mécanismes de régulation MAEE  (des baisses étaient attendues suite à la montée du change Euro/Dollar en 2009).

Pour ces raisons, nous demandons à UBIFRANCE de revenir sur sa réévaluation d’octobre 2009  et d’indemniser les VIE pour les mois écoulés. Le problème de l efficacité du mécanisme de régulation MAEE demeure, certes, mais sa responsabilité est selon nous secondaire.

Nous tenions également à partager avec vous le sentiment d’une partie des V.I.E. qui se sont sentis trompés par UBIFRANCE, l’établissement public rassurait en effet ses candidats partant pour les E.U. en 2009 en annonçant : « les indemnités sont susceptibles de baisser pour les Etats Unis et particulièrement pour New York, mais cette baisse ne dépassera pas quelques centaines d'euros ». Pour l’exemple de New York, à ce jour, la baisse des indemnisations s’élève a environ 550 Euros depuis octobre 09. Une baisse qui est depuis quelques mois contraignante pour les volontaires et qu’ils jugent injuste et inacceptable.

Dans l’attente de votre retour rapide concernant cette question, nous vous adressons nos sincères  salutations.

Très cordialement,

Nicolas WRIGHT au nom des VIE des Etats-Unis apposant leurs noms à la suite de cette lettre ouverte


ANNEXE 1a : Evolution de l indemnisation des VIE -  Example pour New York -(monnaie locale : USD) depuis Mars 2010


1b : Evolution de l indemnisation des VIE depuis Mars 2010


Goal: 100

iPetitions is owned and operated by Angle Three Associates, LLC - All material © Copyright Angle Three Associates, LLC, 1998-2014

Terms of Use